top of page
  • Writer's pictureCMLA

Civil Society Statement on Bill C-20


June 13, 2023

Français à suivre


While Bill C-20 is a crucial measure to ensure greater accountability of the Canada Border Services Agency (CBSA) and the Royal Canadian Mounted Police (RCMP), the undersigned organizations are deeply troubled by the federal government’s lack of consultation or engagement with key civil society stakeholders in the development of this important piece of legislation both before this bill was tabled, and as it has moved through the legislature.

Bill C-20: An Act establishing the Public Complaints and Review Commission and amending certain Acts and statutory instruments is an overdue bill that attempts to respond to the longstanding call to create a dedicated independent review and complaints process for the activities of the CBSA and make changes to the RCMP review process – amalgamating both under a Public Complaints and Review Commission (PCRC).


The signatories of this statement are established and well-regarded groups. They are led by and represent individuals and communities most impacted by the CBSA and the RCMP, including Indigenous, Black and other racialized people. We have decades of expertise in the areas of immigration and refugee law, criminal law, human rights, international law, civil liberties, and national security, to name a few.

The collective expertise of our groups can help the federal government fulfill the mandate of this Bill, expressed by the Minister of Public Safety in November 2022, to strengthen independent accountability and combat systemic racism and discrimination. Despite its stated objective of fostering accountability, the government is instead dodging it by failing to properly consult the communities we represent and include them in the democratic process of lawmaking.


There are many shortcomings to the proposed Bill C-20. Aspects that should be addressed include:

- the need to ensure the independence of the PCRC’s operations;

- the PCRC’s independent access to information;

- ensuring there is a mechanism for complaints on systemic issues;

- third-party complaints; and

- broadening the PCRC’s redress and recourse powers.


Attached to this statement is a summary of key recommendations from our briefs submitted to the Standing Committee on Public Safety and National Security, indicating how Bill C-20 can be revised in order to meet its intended purpose and mandate.

Whether our briefs and the issues we raise are considered is outside of our hands. Though we are hopeful, it is clear from the sheer lack of engagement on this issue that the government risks creating the PCRC as a shell of accountability that replicates or even exacerbates existing problems with the CBSA and RCMP.

We urge the Standing Committee to consider the recommendations described in the various submissions our groups have made and to integrate the amendments we propose. We welcome the opportunity to speak to members of the Standing Committee and answer any questions.


Signed by:

Amnesty International Canada (english-speaking)

Amnistie internationale Canada (francophone)

British Columbia Civil Liberties Association

Canadian Civil Liberties Association

Canadian Council for Refugees

Canadian Immigration Lawyers Association

Canadian Muslim Lawyers Association

Canadian Muslim Public Affairs Council

International Civil Liberties Monitoring Group


Key issues – Bill C-20

1. The Commission should be independent and adequately resourced

PRINCIPLE: The effectiveness of the Commission is undermined by the proposal for it to report to and be funded by the Minister responsible for both the RCMP and CBSA.

SUGGESTION: the Commission should be set up as an office of the Legislature, and its budget allocation should not be tied to any Ministry that directly or indirectly overseas the RCMP and/or CBSA.


2. Complainants should not be limited to impacted persons


PRINCIPLE: Ensure third parties can make complaints and representations in hearings, in light of the many barriers to making complaints faced by

marginalized vulnerable people, especially people without status, including those who are being deported.


SUGGESTION: section 33(1) and 33(2) should be amended to specifically acknowledge the right of third parties to file a complaint: “Any individual or third party may …


SUGGESTION: remove section 38(1)(b) and 52(1)(b).


3. Complaints should not be limited to individual circumstances


PRINCIPLE: Provide for systemic and policy complaints, without affected named individuals, to address patterns of behavior or problematic policies and operations.


SUGGESTION: add section 33.1(1) and 33.1(2) to mirror the language of section 33(1) and 33(2) but specifically authorizing any individual or third party to file a systemic complaint.


SUGGESTION: remove reference to “trivial” in sections 38(1)(a) and 52(1)(a).


4. Lack of clarity on who is to assess the relevance and necessity of the information to be disclosed for an investigation, and lack of review mechanisms for disputes arising thereof.


PRINCIPLE: Ensure relevant information is recorded and stored, and can be independently accessed by the Commission, so that complaints can be meaningfully investigated.


SUGGESTION: provide a mechanism to adjudicate disputes of information that is “relevant and necessary.”


5. The Commission should investigate complaints instead of the RCMP and CBSA

PRINCIPLE: Given the systemic racism that has been acknowledged to plague both the RCMP and CBSA, leaving them to investigate themselves leads to an apprehension of bias by design and may exasperate existing problems.

SUGGESTION: the Commission should have sole/exclusive jurisdiction to investigate complaints.


6. In the alternative, the need to ensure effective investigation of complaints in a timely manner


PRINCIPLE: Oversight by the Commission must not be rendered meaningless by lengthy delays in the initial investigation of complaints by the CBSA and RCMP.


SUGGESTION: to have strict timelines for the CBSA/RCMP to acknowledge, investigate, and report on complaints.


7. The need for coordination, recourses during an investigation, and redress upon success

PRINCIPLE: Ensure coordination between the Commission and other complaints and review bodies, particularly in the handling of concerns related to national security, so that complaints are effectively resolved and are not rejected because of the mere existence of another oversight mechanism/procedure, especially where the other body declines to investigate.


PRINCIPLE: The Commission should be armed with necessary powers to address interim needs during an investigation and redress upon a successful complaint.


SUGGESTION: The Commission should be granted the following powers: • To make binding recommendations on interim orders such as a stay of deportation;

• To make binding recommendations to initiate or impose disciplinary measures or to lay charges for noncompliance with its enabling statute.


8. Curtailing access to the Federal Court


PRINCIPLE: The work of any administrative body should be subject to Judicial Review to ensure compliance with its enabling statute.


SUGGESTION: section 65 be amended to permit judicial review of final reports of the Commission.




Déclaration de la société civile sur le projet de loi C-20


Bien que le projet de loi C-20 soit une mesure cruciale pour assurer une plus grande responsabilisation de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), les organismes soussignés sont profondément troublés par le manque de consultation ou d'engagement du gouvernement fédéral avec les principaux acteurs de la société civile dans l'élaboration de cet important projet de loi, à la fois avant qu'il ne soit déposé et au cours de son cheminement à travers la législature.

Le projet de loi C-20 : Loi établissant la Commission d'examen et de traitement des plaintes du public et modifiant certaines lois et textes réglementaires est un projet de loi longuement attendu qui tente de répondre à la demande de longue date de créer un processus indépendant de révision et d'examen des plaintes pour les activités de l'ASFC et d'apporter des changements au processus de révision de la GRC – en fusionnant les deux sous une Commission d’examen et de traitement des plaintes du public (Commission).


Les signataires de cette déclaration sont des groupes bien établis et reconnus, dirigés par et représentant les personnes et les communautés les plus touchées par l'ASFC et la GRC, y compris les personnes et communautés autochtones, noires et autrement racisées. Nous possédons des décennies d'expertise dans les domaines du droit de l'immigration et des réfugié.es, du droit pénal, des droits humains, du droit international, des libertés civiles et de la sécurité nationale, pour n'en citer que quelques-uns.

L'expertise collective de nos groupes peut aider le gouvernement fédéral à remplir le mandat de ce projet de loi, exprimé par le ministre de la Sécurité publique en novembre 2022, à savoir : renforcer la responsabilisation indépendante et combattre le racisme et la discrimination systémiques. Malgré son objectif déclaré de favoriser la responsabilisation, le gouvernement l'esquive en ne consultant pas correctement les communautés que nous représentons et en ne les incluant pas dans le processus démocratique d'élaboration des lois.


Le projet de loi C-20 présente de nombreuses lacunes. Les aspects qui doivent être abordés comprennent :

- la nécessité de garantir l'indépendance des activités de la Commission; - l'accès indépendant de la Commission à l'information;

- la nécessité de garantir l'existence d'un mécanisme de plaintes sur les questions systémiques;

- les plaintes de tiers; et

- l'élargissement des pouvoirs de réparation et de recours de la Commission.


En annexe de cette déclaration se trouve un résumé des principales recommandations de nos mémoires soumis au Comité permanent de la sécurité publique et nationale, indiquant comment le projet de loi C-20 peut être modifié afin de répondre à l'objectif et au mandat qui lui sont assignés.


La prise en compte de nos mémoires et des questions que nous soulevons ne dépend pas de nous. Bien que nous ayons bon espoir, il est clair, vu le manque d'engagement sur cette question, que le gouvernement risque de rendre la Commission une coquille vide qui reproduira ou même exacerbera les problèmes existants de l'ASFC et de la GRC.

Nous demandons instamment au Comité permanent de prendre en considération les recommandations présentées dans les divers mémoires présentés par nos groupes et d'intégrer les amendements que nous proposons. Nous accueillons toute possibilité de nous adresser aux membres du Comité permanent et de répondre à leurs questions.


Signés :

Association canadienne des libertés civiles

Amnesty International Canada (anglophone)

Amnistie internationale Canada (francophone)

British Columbia Civil Liberties Association

Association canadienne des avocats en immigration

Association canadienne des avocats musulmans

Canadian Muslim Public Affairs Council

Conseil canadien pour les réfugiés

Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles


Enjeux clés conjoints – projet de loi C-20

1. La Commission devrait être indépendante et dotée de ressources adéquates


PRINCIPE : L'efficacité de la Commission est minée par la proposition voulante qu'elle relève du ministre responsable de la GRC et de l'ASFC et qu'elle soit financée par ce dernier.


SUGGESTION : la Commission devrait être établie comme un organe du Parlement, et son allocation budgétaire ne devrait pas être liée à un ministère qui supervise directement ou indirectement la GRC et/ou l'ASFC.


2. Les plaignant.es ne doivent pas être limité.es aux personnes concernées


PRINCIPE : Veiller à ce que des tiers puissent déposer des plaintes et présenter des observations lors des audiences, à la lumière des nombreux obstacles au dépôt de plaintes auxquels sont confrontées les personnes vulnérables marginalisées, en particulier les personnes sans statut, y compris celles qui sont en processus de déportation.


SUGGESTION : les articles 33(1) et 33(2) devraient être modifiés pour reconnaître spécifiquement le droit des tiers de déposer une plainte : « Tout particulier ou tiers peut…


SUGGESTION : supprimer les alinéas 38(1)(b) et 52(1)(b).


3. Les plaintes ne doivent pas se limiter à des circonstances individuelles


PRINCIPE : Prévoir des plaintes systémiques et politiques, sans désigner les personnes concernées, pour traiter les comportements répétés/répandus ou les politiques et opérations problématiques.


SUGGESTION : ajouter les articles 33.1(1) et 33.1(2) pour refléter le libellé des articles 33(1) et 33(2) mais autoriser spécifiquement tout individu ou tiers à déposer une plainte systémique.


SUGGESTION : supprimer la référence à « futile » dans les articles 38(1)(a) et 52(1)(a).


4. Manque de clarté sur qui doit évaluer la pertinence et la nécessité des informations à divulguer pour une enquête, et manque de mécanismes d'examen pour les litiges qui en découlent.


PRINCIPE : Veiller à ce que les informations pertinentes soient enregistrées et stockées, et puissent être consultées de manière indépendante par la Commission, afin que les plaintes puissent faire l'objet d'une enquête approfondie.


SUGGESTION : fournir un mécanisme pour trancher les litiges portant sur des informations « pertinentes et nécessaires ».


5. La Commission devrait enquêter sur les plaintes plutôt que la GRC et l'ASFC


PRINCIPE : Étant donné le racisme systémique qui a été reconnu comme un fléau à la fois au sein de la GRC et de l'ASFC, le fait de les laisser enquêter elles mêmes conduit à une appréhension de biais à la source et peut exacerber les problèmes existants.


SUGGESTION : la Commission devrait avoir compétence unique/exclusive pour enquêter sur les plaintes.


6. À titre subsidiaire, la nécessité d'enquêter efficacement sur les plaintes en temps opportun


PRINCIPE : La surveillance exercée par la Commission ne doit pas perdre son sens en raison de longs retards dans l'enquête initiale des plaintes par l'ASFC et la GRC.


SUGGESTION : établir des délais stricts pour que l'ASFC/la GRC accuse réception, enquête et fasse rapport sur les plaintes.


7. Le besoin de coordination, recours pendant une enquête et réparation en cas de plainte justifiée


PRINCIPE : Assurer la coordination entre la Commission et les autres organes de plainte et de révision, en particulier dans le traitement des préoccupations liées à la sécurité nationale, afin que les plaintes soient résolues efficacement et ne soient pas rejetées en raison de la simple existence d'un autre mécanisme/procédure de contrôle, en particulier lorsque l’autre organisme refuse d'enquêter.


PRINCIPE : La Commission devrait être dotée des pouvoirs nécessaires pour répondre aux besoins provisoires au cours d'une enquête et pour obtenir réparation en cas de plainte justifiée.


SUGGESTION : La Commission devrait être dotée des pouvoirs suivants : • Faire des recommandations contraignantes sur les ordonnances

provisoires telles qu'un sursis à l'expulsion;

• Faire des recommandations contraignantes pour initier ou imposer des mesures disciplinaires ou porter des accusations pour non-respect de sa loi habilitante.


8. Limitation de l'accès à la Cour fédérale


PRINCIPE : Le travail de tout organe administratif doit être soumis à un contrôle judiciaire pour garantir le respect de sa loi habilitante.


SUGGESTION : que l'article 65 soit modifié pour permettre le contrôle judiciaire des rapports finaux de la Commission.


42 views0 comments

Recent Posts

See All

Testifying on Bill C-9

The Senate Committee of Legal and Constitutional Affairs invited the CMLA to testify about Bill C-9 ("An Act to Amend the Judges Act”). We provided specific amendments to improve accountability and pu

bottom of page